Warhammer RPG
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : coffrets dresseur d’élite EV05 Forces Temporelles
Voir le deal

 

 Ruine de la cité de Kranark

Aller en bas 
AuteurMessage
Valériane
Sorcière du Chaos Universel niveau 2
Sorcière du Chaos Universel niveau 2
Valériane


Nombre de messages : 21
Localisation RP : Dans une caverne au sud de la plaine de zharr
Dispo pour RP : Occupée à trouver un marteau de facture naine chaotique.

Profil
Taille de l'armée:
Ruine de la cité de Kranark Left_bar_bleue100/200Ruine de la cité de Kranark Empty_bar_bleue  (100/200)

Ruine de la cité de Kranark Empty
MessageSujet: Ruine de la cité de Kranark   Ruine de la cité de Kranark Icon_minitimeDim 10 Aoû - 1:16

L'herbe osscillait au grè de la brise printanière. le soleil était encore bas. Le matin se levait péniblement sur les terres du duc.
Des fermiers était déjà au travail depuis longtemps, dans les champs. On pouvait entendre le bruit de leur bèche s'enfonçait et retourner la terre.
Une légère odeur d'humus réveilla Valériane. Elle était allongée sur le ventre, le nez plongé dans de la mousse que l'ont trouve au pied des arbres.
Elle cligna des yeux, pour dissiper les dernière brumes du sommeil, et se redressa sur ses bras. Ou était-elle? En regardant aux alentours, elle vit les champs et les ouvriers au travail. Mais ou pouvait elle bien être ? Elle se releva pour avoir une meilleur vision panoramique. Elle se trouvait sur une butte au milieu de champs en friche. Au loin, une route de terre battue ralliait une cité fortifiée aux champs dans lesquels elle se trouvait. Elle fit un tour sur elle même pour englober tout le paysage et se faire une idée plus précise d'où elle se trouvait. Et elle tomba nez à nez avec son procteur nocturne. Un chène d'une envergure gigantesque. Un tronc de huit mètres de diamètre, pour une hauteur indéfinissable. En effet son feuillage était tellement dense qu'on ne pouvait appercevoir son sommet.

Toi. dit-elle dans un murmure, je t'ai retrouvée.

Elle s'avança vers l'arbre et l'enlassa. Elle ferma les yeux et son contact lui rappela de doux souvenirs.L'odeur de la tarte aux fraise lors des pique-niques hebdomadaires, en famille. Les promenades avec sa mère. Les jeux de cache cache avec son frère. Sa première étreinte avec un homme.
Ses souvenirs étaient réconfortants. Elle se sentait en sécurité. Elle rouvrit les yeux.

Le décor avait changé. Les champs étaient en feu et son gardien avait disparu. La panique la gagna. D'autres souvenirs se frayaient un chemin à travers sa mémoire. De sombres souvenirs. Elle regarda alentour et vu des paysans courir pour échapper aux flammes et à des monstres. Des créatures mi-hommes mi bêtes. Ces derniers poursuivait les ouvriers en hurlant et les tailladaient, de leurs armes primitives, avec un plaisir sadique.
Elle tomba à genoux et se plaqua les mains sur les oreilles, pour ne plus entendre le cri des martyrs, qui, malgré tout, arrivaient à son ouïe.

Non, ça recommence, dit elle prise de sanglot. Ce n'est pas possible, ça recommence, non. non. NON !

La scène changa à nouveau. Les champs, les monstres, les cri et les morts avaient disparu.
Elle se retrouvait dans le noir. Une fraicheur surnaturel émanait du sol qu'elle n'arrivait pas à distinguer. Elle se releva et essuya ses larmes du revers de sa manche. Le froid devenait plus intense. Elle se mit à grelotter. Elle voulu se frotter les bras afin de se réchauffer, mais elle ne pus bouger.

Tes souvenirs ont été doux ? Sent tu se froid infiltrer ton corps ? dit une voix sifflante dans sa tête.

Elle voulu répondre mais tout ce qui sorti de sa bouche fut un léger nuage de vapeur.

Bien sûr, ou avais je la tête, tu ne peux me répondre, continua la voix. Ce que tu sent, c'est le froid de ton corps mourrant, sous les décombres d'une cité oublié de tous.
Mais nous pouvons réglé cela, si tu le désire, dit elle en ricanant.
Les maîtres ont encore besoin de toi. Tu est la première à te réveiller. Tes frère et ta soeur dorment encore. Il est de ton devoir de les retrouver et de les réveiller.
Bien entendu, si tu en a envi. Alors ?


Valériane essayait de se débattre, mais ne pouvait bouger. Elle essayait de hurler mais aucun son ne sortait. Elle refusait de tout son corps, d'être, encore, l'instrument des dieux sombres. Tant de massacres et de sacrifices executé en leur noms. Et commis de sa main. Elle ne pouvait en supporter plus.

Bien, si c'est ce que tu souhaite, répondit la voix.

Un faisceau de lumière blanche apparu à deux métre d'elle. Il tombait sur une silhouette humanoïde imposante. La créature leva la tête, et la lumière illumina sa figure. C'était un homme. Valériane le reconnu immédiatement. Il avait des cheveux blond et bouclé, qui lui tombaient sur les épaules. Son regard azur regardait vers le plafond invisible. Sur son visage carré apparaissaient de nombreuses cicatrices gagnés lors de combat.
Son protecteur était là. Guarth ne lui ferait pas de mal. Il l'avait juré. Elle se senti légèrement soulagée.

Le guerrier baissa la tête, et s'approcha de la jeune femme.

Je suis désolé mon amante , dit-il de sa voix rocailleuse, il m'ont forcés à le faire.

Instantanément Valériane se retrouva écartelée par des liens invisibles. Un fouet barbelé apparu dans les mains de son amant.

Tu sais que je n'y prend aucun plaisir, je ne tien absolument pas a te faire souffrir.

Elle se détendit quand il s'approcha près de sa joue pour lui déposer un baiser.

J'ai menti, lui susurra t il en souriant après l'avoir embrassé.

Il recula, leva le bras armé, et la torture commença.


La sorcière se réveilla en panique. Son frèle corps se trouvait dans les bras d'un homme à l'armure sombre. Guarth.

Elle se réveille, allez chercher de quoi la nourrir. Son corps doit reprendre des forces.

Il fesait nuit.Elle regarda aux alentours et, éclairé par des braseros, vu une cité en ruine . Divers combattants aux armures impies vaquaient à leurs occupations. Un campement sommaire avait été installé à proximité.

Ou sommes nous ? demanda t elle avec autorité.
Les ruines de Kranark, maîtresse, répondit le guerrier.
Donc ma dernière interventions fut un succés. dit elle pour elle même.
Le protecteur resta silencieux, et la déposa sur une couchette fait de paille et de tissu.
Elle s'asseya en tailleur et attenda qu'on lui apporte son repas.
Avez vous besoin de quelque chose d'autre, maitresse ?
Rien venant de toi. Tu n'est qu'un chien. Et comme un chien, tu reviendra quand je t'appelerais. Hors de ma vue!
Guarth se retourna et se dirigea vers ses hommes, sans montrer la moindre émotion.
Il donna des ordres pour mieux sécurisé le camp.
Sa maîtresse était réveillée, et il fallait la protéger.

Bien qu'elle ne laissait rien parraître, Valériane souffrait le martyr. Se mettre en tailleur, sans montrer la moindre faiblesse, fût une torture.
Son corps n'avait pas respiré depuis de nombreuses années, et ses muscles était endoloris par l'inactivité.
Elle sentait encore les morsures du fouet barbelé sur son coprs. Sentait encore sa peau tomber en lambeaux. Entendait les rires sadiques de l'homme qu'elle aimait. Mais tout cela n'était qu'une illusion, formée dans son esprit par un démon quelconque afin de lui faire reprendre du service.
Et la voila au milieu de son ancien carnage. En vie. Après une éternité de souffrance à être battue et fouéttée, elle avait finalement accepté les conditions. Sa puissante magie contre la servitude auprès des dieux sombres.
Et le premier service à rendre à ses maîtres était de réveiller son premier frère, et d'après le démon, elle devait partir pour la Bretonnie.
Revenir en haut Aller en bas
Valériane
Sorcière du Chaos Universel niveau 2
Sorcière du Chaos Universel niveau 2
Valériane


Nombre de messages : 21
Localisation RP : Dans une caverne au sud de la plaine de zharr
Dispo pour RP : Occupée à trouver un marteau de facture naine chaotique.

Profil
Taille de l'armée:
Ruine de la cité de Kranark Left_bar_bleue100/200Ruine de la cité de Kranark Empty_bar_bleue  (100/200)

Ruine de la cité de Kranark Empty
MessageSujet: Re: Ruine de la cité de Kranark   Ruine de la cité de Kranark Icon_minitimeLun 11 Aoû - 1:58

La sueur perlait sur son front. Ses cheveux roux, poitent de transpiration, encadrait son visage sévère. Sa respiration se fesait difficile.
Valériane était à genoux dans la poussière de la cité en ruine. Elle avait levée l'illusion sur sa robe, pour laisser apparaître son armure du chaos.
Cette dernière avait été forgée à son attention, voila maintenant de nombreuses années. Quand elle n'était qu'une novice.
La couleur noire, de sa protection, se mariait parfaitement avec son visage pâle. D'apparence simple, pour une armure chaotique, elle ne laissait apparaître qu'un léger décolleté, d'où l'ont pouvait appercevoir un collier en argent serti d'une jade. Elle moullait parfaitement le corps svelte et athlétque de la jeune femme. Lui laissant toutes liberté dans ses mouvements.

Son épée avait volé au loin, lame vers le bas et s'enfonçant profondément dans le sol. Après tant d'année ensevelie, son tranchant était toujours parfait. Héshen était la Lame Sorcière. Un puissant artefact offert par les Dieux à leur serviteur dévoué. Pour le moment elle était sommeil. Pour la réveiller il fallait la nourrir, mais sa propriétaire n'avez pas encore ce qu'il fallait pour cela.

Valériane  releva la tête et vit la lame impie pointé vers sa gorge. Un guerrier du chaos la tenait. Il mesurait plus de deux mètres et son amure était cramoisie. Un visage grimaçant tirant la langue était gravé sur son poitrail, et de ses épaulières sortaient des pointes de différentes tailles à l'allure difforme.De son heaume à l'apparence craniènne sortait des cheuveux blond ondulés.

Morte. dit Guarth
On continu ! répondit elle.
Ce n'est qu'un entrainement Maîtresse. Vous devez vous reposez. continua t il en rengainant son arme.

Cela fesait trois heures qu'ils se battaient. Les guerriers de leur troupe c'était installés à quelques mètres de la avec leur molosses démoniaques. Ils regardait en silence l'affrontement entre leur chef.

J'ai dit, on continu ! Chien ! Sort ta lame, je peux me défendre en étant désarmé.

Sur ces mots, elle se releva tant bien que mal, et se mit en garde. Guarth la jaugea, et dégaina à nouveau.
Une lègére brise souffla sur la cité détruite. Les deux adversaires restaient silencieux.
Soudain, le guerrier frappa de taille. La lame déssina un arc de cercle en direction du cou de la sorcière. Valériane eu à peine le temps de se baisser pour esquiver le coup. Quelques mèches de cheveux roux furent sectionnés lors du passage de l'arme au dessus de la tête de Valériane.
Profitant de sa posture basse, cette dernière fouetta avec sa jambe vers la cheville gauche de son opposant. Ce coup, subit par un humain, aurait eu raison de son articulation. Mais pour un guerrier du chaos, encaisser ce genre d'attaque, venant d'une créature affaibli de surcoît, était annodin. Guarth ne dénia même pas esquiver, et récupéra, a la fin de son premier mouvement, son arme de sa main gauche. La jeune femme subit plus qu'elle n'infligea de dégat, et se retrouva avec sa jambe endolorie. Il brandi son épée, en retournant la lame vers le bas. Le guerrier baissa la tête vers la sorcière et abatti son glaive afin de la transperer de part en part. Au dernier moment Valériane fit un rouler bouler arrière et tenta de se relever. La douleur de son corps encore meurtri par l'entrainement, ainsi que sa jambe bléssée, l'en empécha, et elle retomba sur ses fesses. Le guerrier s'avança vers elle et pointa sa lame vers sa gorge.

Morte. dit Guarth.

Valériane senti la colère la gagnée. Le sang commença à lui monter à la tête. D'instinct elle fit des gestes rapide de ses mains, et une boule de feu percutta le puisant guerrier de plein fouet. Il fut projeté par l'explosion à une dizaine de mètres. Elle regarda avec surprise ses gantelets. Voila au moins une chose qui n'est pas rouillé, pensa t elle.

Souriante, elle se releva difficillement. Elle se retourna et se dirigea vers son lit de fortune. Guarth avait raison, un peu de repos lui ferais du bien.

Vous aviez dit, aucune magie, entendit elle au loin.

Elle tourna la tête, et pût voir son protecteur encore au sol. Son armure fumante gisait au même endroit.

J'ai menti, lui répondit elle en ricanant.

A une dizaine de mètres du sol, une créature invisible épiait la scène. Il détestait cette femme. Pourquoi les quatre l'avait choisit. Elle. La Sorcière. La Catin. L'esprit n'en savait rien, mais il était jaloux de cette situation. Un jour il la remplacera, quand Ils se seront rendu compte de leur mauvais choix. Et se jour verra l'avenement de son destin grandiose, tant convoité.

(/HRP: Ce post est une dédicace spécial pour Mavado. Et voila le troisième :p /HRP)
Revenir en haut Aller en bas
Valériane
Sorcière du Chaos Universel niveau 2
Sorcière du Chaos Universel niveau 2
Valériane


Nombre de messages : 21
Localisation RP : Dans une caverne au sud de la plaine de zharr
Dispo pour RP : Occupée à trouver un marteau de facture naine chaotique.

Profil
Taille de l'armée:
Ruine de la cité de Kranark Left_bar_bleue100/200Ruine de la cité de Kranark Empty_bar_bleue  (100/200)

Ruine de la cité de Kranark Empty
MessageSujet: Re: Ruine de la cité de Kranark   Ruine de la cité de Kranark Icon_minitimeMer 13 Aoû - 1:20

Voilà plusieurs jours qu'elle s'était éveillée. Son entrainement, avec Guarth portait ses fruits. Son corps était devenu plus rapide et souple. La manipulation de sa magie n'était pas encore au point, mais avec encore un peu d'acharnement, elle arriverait à la maîtriser completement.

Valériane se trouvait au centre de leur campement. Un léger vent ébouriffait ses cheveux, et elle laissait visible son armure chaotique. Elle se devait de montrer qui commandait ici, car le camps était en effervescence. Ce dernier commençait doucement à ressembler à quelque chose. En effet, grâce aux raids effectués sur des fermes isolé de Norsca, des esclaves avaient été trouvés. Ils avaient été assignés à la construction de batiments plus solides. Les ruines de Kranark fourmillaient de pierres en tous genres, et avec quelques matériaux de base, trouvés ça et là, deux batisses avait été construites. L'une pour elle même, et l'autre pour ses hommes. Elle avait expressement ordonnée de ne pas trop fatiguer ou blesser les esclaves. En effet, la main d'oeuvre était rare dans la région, et des incursions plus poussée en territoire norsce ne ferais qu'attirer l'attention.

Il restait encore beaucoup à faire pour donner le nom de ville à ce site, mais elle avait la ferme intention de donner à sa dernière victoire une plus grande signification pour le monde. Le démon lui avait dit que cette cité était oubliée de tous, et bien, grâce à elle, le nom de Kranark ferait trembler les nations civilisée. Peut-être était ce de la vanité, mais Valériane ne se posait pas ce genre de question. Les dieux l'avait ramenée, et elle avait acceptée leur mission, et pour la mener à bien, il lui fallait une place forte. Kranark serait cette place.

En plus des raids, elle fit envoyée des guerriers un peu partout dans la région. Leur mission était de prévenir un maximum de clans de la levée d'une armée. Pour le moment, personnes n'avait répondu à l'appel. Mais elle s'avait que se n'était qu'une question de temps.

C'est sûr ces pensées que Guarth arriva à ses cotés.

Maîtresse, un objet à été trouvé, dit-il de sa voix rocailleuse.
Un objet ? soit plus explicite, répondit-elle sur le ton de la colère.
Un objet magique. Pour Héshen.
Où est-il ? demanda t elle en caressant la garde de son épée. Cette dernière était fait d'un bois inconnu en ce monde. Elle avait été sculptée pour ressembler au crâne d'un bouc. Ses cornes fesant office de garde, à proprement parler. Quand elle la toucha, elle sentit comme une chaleur. Une faim inssassiable émanait de l'arme.
Dans une caverne. Il s'agirait d'un marteau de fabrication naine.
De fabrication naine ? De tout temps, ils ont toujours créer les meilleurs armes magiques. Héshen se régalera de ce festin, dit-elle dans un sourire. Ou se trouve cette caverne ?
Dans le sud de la plaine de Zharr.
Bien. Je part pour cette plaine. Les vents de magie me guideront vers cette arme.
Et votre frère ?
Il attendra. Non ne pouvons nous permettre d'arriver à son tombeau sans Héshen.
Mais les dieux...
Ils attendrons. Ils m'ont choisit. Mes choix sont les leurs. Je partirais pour la plaine de Zharr.

Guarth resta silencieux et toisa sa supérieure. Elle était belle. Aussi belle que la première fois qu'il l'avait vu. Il était tombé sous son charme à l'instant où son regard s'était posé sur elle. Et il n'avait révé que d'une seule chose depuis ce jour, rester à ses cotés pour la protéger et la chérir aussi longtemps qu'il vivrait. Et les quatres le lui avait accordés.

Non maîtresse, fini par dire Le guerrier, vous êtes encore trop faible.
Je ne suis pas faible ! Chien ! Cria t telle en se tournant vers lui.
Vous n'êtes pas encore rétablie. continua t il.
Je le suis ! Je n'ai pas de comptes à te rendre !
Dans ce cas, je vous accompagne.
Non. La ville doit etre dirigée. Tu me remplacera pendant mon absence.
Je doit vous protéger, maîtresse.
Et m'obéir. Tu restera là, et tu gérera la suite de la construction et du recrutement. Ne me déçois pas, chien.
Vos désirs sont des ordres. dit il en s'agenouillant.
Elle le regarda s'abaisser, et eu un sourire carnassier.
Pour te rassuré, car tu est mon fidèle serviteur, je ne partirais pas seule. J'emmène avec moi t'es molosses.
Mais... maîtresse...
Tait toi !
Valériane savait qu'ils étaient tout ce qui importait encore a guarth, exception fait du bien être de sa maîtresse. Sans eux il se sentait inutile.
Je te les confisques pour ton insolence. J'en prendrais soin, ne t'inquiète pas. Fait préparer mes affaires, je partirais dans l'heure.
Il se releva et parti vers les barraquements, afin de préparer les affaire de sa supérieure.

Elle se tourna vers le sud. Les plaines de Zharr n'étais pas si loin, et un petit voyage lui ferait le plus grand bien. Elle savait que la compagnie des chiens du chaos ne la dérangerais pas. Au contraire même. Elle en avait assez de devoir cotôyer son protecteur qui était trop attentionné a son goût. Trop gentil. Il resterait ici, à gérer Kranark et tous les problèmes liés à sa reconstruction, pendant qu'elle irait en excursion pour se défouler. Voilà une idée plaisante, pensa t telle, et une punition supplémentaire pour son benêt de gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Ruine de la cité de Kranark Empty
MessageSujet: Re: Ruine de la cité de Kranark   Ruine de la cité de Kranark Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ruine de la cité de Kranark
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Village en ruine proche de la Drakwald

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warhammer RPG :: Autres lieux :: Désolations du Chaos-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser