Warhammer RPG
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Karcher SC2 Upright Easyfix – Balai Nettoyeur ...
Voir le deal
89.99 €

 

 -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...-

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Godffroy le Pieux
Seigneur du Graal niveau 3
Seigneur du Graal niveau 3
Godffroy le Pieux


Nombre de messages : 24
Localisation RP : Au large des côtes de l’île des sorciers, a la pêche au Léviathan!
Dispo pour RP : Toujours!

Profil
Taille de l'armée:
-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Left_bar_bleue2000/2000-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Empty_bar_bleue  (2000/2000)

-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Empty
MessageSujet: -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...-   -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Icon_minitimeJeu 5 Juil - 9:12

(Godffroy).- Pour le Roy et la Dame, Larguez les amarres, toutes voiles dehors et sus au monstre!

Et c'est sur ces mots, que les voiles descendirent des malandrins, et se gonflèrent sous le vent. Les ancres remontaient des abysses, et les gonfanons de la fière Bretonnie flottaient au vent, faisant claqués leurs couleurs éclatantes au gré des bourrasques...

La petite armada de navires filait droit vers l'horizon, en quête du monstre qui terrorisait l'île des sorciers. Le Bretonnien n'avait pas pris les plus gros navires possibles; il s'était contenté des plus rapides, des plus maniables, et des mieux armés qu'il y avait au port. Les deux navires de cinquième rang protégeraient les flancs, les deux petites caravelles navigueraient droit sur le monstre, l'harcelant de harpons explosifs, et enfin, le gigantesque galion, fleuron de la petite flotte, tirerait des bordées de boulets de canon sur le Léviathan afin de l'achever...
Mais là n'était pas son seul objectif : le navire, puissamment armé, disposait également de harpons explosifs, de canons d'avant et d'arrière, de lance grappin, de tonneaux d'huile et de poudre, et enfin comptait à son bord la petite armée Bretonnienne au complet...

Le lendemain, en début d'après-midi, les cinq navires se retrouvaient là, en haute mer, scrutant l'horizon à la recherche du terrifiant monstre marin à occire...
Revenir en haut Aller en bas
RP Helper
Créateur ultime de RP
Créateur ultime de RP
RP Helper


Nombre de messages : 237
Localisation RP : Partout!
Dispo pour RP : C'est mon taf! Demandez moi une aide au RP, je suis un PNJ et je suis là pour ça.

-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Empty
MessageSujet: Re: -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...-   -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Icon_minitimeJeu 5 Juil - 13:35

Le monstre ne s'était pas montré un seul instant, pas une seule fois tant que les navires étaient en mouvement, par contre sitôt qu'ils firent halte en haute mer, des signes annonciateurs de sa venue ne tardèrent pas à se produire. Certains courants naquirent pour disparaître quelques secondes plus tard. Des vagues aléatoires se levèrent, dénotant une agitation certaine sous la surface. Il semblait tourner autour des navires qui l'avaient pris en chasse, mais qui chassait qui? La réponse arriva sans prévenir... Après avoir fais plusieurs tours, l'agitation sous marine disparut et la mer redevint calme, très calme, trop calme! D'une puissante attaque verticale, le Léviathan projeta un des navires dans le ciel, le brisant en mille morceaux. Sans que les autres n'aient le temps de réagir, en partie à cause des énormes vagues dévastatrices, le monstre referma sa mâchoire sur un second navire, le brisant en copeaux de bois. En moins d'une minute, tous les navires de la flotte subirent le même sort, obligeant les hommes d'équipage à rechercher un morceau de bois suffisamment grand pour se cramponner, en espérant ne pas se faire dévorer par un requin.

Étonnement, le géant marin n'avait causé que des dégâts matériels, ne causant quasiment aucune perte humaine. Sa tête resta en dehors de l'eau quelques instants, fixants du regard les pauvres marins trop confiants, puis il replongea en profondeur, sans en ressortir. Il ne s'agissait probablement que d'un avertissement, enfin cela pourrait en être un si cet animal possédait une intelligence suffisamment grande pour appréhender cette notion. Le courant repousserait certainement les survivants sur la cote, mais il faudra au moins plusieurs jours tout en évitant les attaques de requins.

Pendant ce temps, dans le village d'où était partie l'expédition, les évènements avaient également pris une sombre tournure. Un homme influent dans le village, un dénommé Salah, n'avait cessé de prêcher la mauvaise parole contre les étrangers venus du nord. Leur but non avoué est de piller nos richesses disait-il. Ils détournent notre attention en nous faisant croire qu'ils sont venus pour le monstre disait-il. Ils nous poignarderont dans le dos à la moindre occasion osait-il dire, et il avait à présent convaincus de nombreux villageois qu'il disait vrai. En réalité, Mihab le chef du village était le seul être suffisamment influent pour lui tenir tête, louant les intentions nobles des bretonniens. La moitié du village suivait Salah, l'autre suivait Mihab, et ce conflit ne prendrait fin que lorsque l'un ou l'autre aura imposé son point de vue. En attendant, plus aucune aide ne pourra être accordée aux étrangers sans déclencher une émeute. Vous allez devoir résoudre ce problème au plus vite si vous désirez poursuivre votre quête, et employer la force risque de faire pencher la balance en faveur de Salah.


Revenir en haut Aller en bas
Godffroy le Pieux
Seigneur du Graal niveau 3
Seigneur du Graal niveau 3
Godffroy le Pieux


Nombre de messages : 24
Localisation RP : Au large des côtes de l’île des sorciers, a la pêche au Léviathan!
Dispo pour RP : Toujours!

Profil
Taille de l'armée:
-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Left_bar_bleue2000/2000-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Empty_bar_bleue  (2000/2000)

-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Empty
MessageSujet: Re: -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...-   -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Icon_minitimeJeu 5 Juil - 15:57

Cela faisait plusieurs jours maintenant que Godffroy et ses hommes étaient en mer. Au début, tout était calme. Il recherchait activement le Léviathan, sans le trouver. Certes il y avait quelques petits signes : des remous, des petites vagues...

Et puis tout d'un coup, plus rien. Le calme plat. Godffroy santait au plus profond de lui-même que cette paisible tranquillité annonçait la tempête prochaine, et il avait raison ! Tout se passa en un quart de seconde. Le Léviathan, furieux et gigantesque, traversa littéralement la coque d'un des navires de cinquième rang. Il replongea, pour surgir sur le flanc bâbord d'une des caravelles tout en mettant en pièces le deuxième cinquième rang d'un revers de queue... La deuxième caravelle eut à subir une attaque plus furibonde encore : elle fut littéralement réduite en copeaux de bois. Le puissant navire Bretonnien vira de bord en un éclair et tira une embardée de canons, sans succès. Le Léviathan se tourna alors vers eux et l'on pouvait voir dans ses yeux couleurs de braise la fin proche du galion...
Quelques heures plus tard, quelque part sur le gigantesque océan, Godffroy et ses cinq chevaliers ainsi que la majeure partie des hommes d'armes et des paysans avaient tous trouvés refuge sur les décombres de la flotte, çà et là, flottants au gré des courants... Tout ce mal pour rien. Plusieurs jours de réflexion, d'attention, tant de soins à établir un plan stable et pratiquement imparable pour en être réduit à sa : un gigantesque naufrage...
Les hommes de Bretonnie, et les paysans d'Arabie n'étaient plus que l'ombre d'eux-mêmes. Tous étaient démoralisés, abattus, amoindris, dépités... Le Chevalier du Graal regardait autour de lui et constatait sa cuisante défaite avec horreur et dégoût. Ils eurent à déplorer une dizaine de paysans noyés, six hommes d'armes portés disparues (probablement noyés eux aussi) et enfin, la perte totale et sans limite de tout leur équipement. Plus de lances, plus de harpons, plus d'épées, aucun boucliers : en somme rien qui ne puisse les aider. Dans la limite du possible .Ils avaient réussis à rassembler des rames faites à partir de morceaux de planche de pont de navires, mais cela figurait comme de bien mauvaises armes face au danger qui les menaçait derechef… Entre le Léviathan, les requins, les courants traîtres, le soleil de plomb, et le manque d'eau douce et de provisions notables : leur avenir se trouvait fortement contrarié. Leurs vies ne tenait qu'à un fil, et ce fil s'appelait Godffroy De Launay...

Il existe une légende en Bretonnie qui raconte que la dame du lac est psychiquement liée à chacun de ses serviteurs… On raconte également que lorsque qu'un de ses servants se trouve en danger, ses frères d'armes le ressentent au plus profond de leur âme et de leur coeur. Or, en Bretonnie, moult chevaliers du Graal se trouvaient en plein désarroi, persuadé que l'un des leurs était sur le point de trouver la mort et de rejoindre Avalon en compagnie de la grande enchanteresse de la dame...

Au-dessus de la gigantesque étendue d'eau que formaient les océans arabiques, un faucon planait, tournant en rond autour du groupe de radeaux des naufragés…
Adrien releva la tête et vit l'oiseau. Le faucon est le plus rapide et le plus fidèle messager qui soit et celui-ci, lui appartenait. En vérité, le rapace les suivait depuis la Bretonnie, et pendant tout ce temps était resté libre de ses mouvements en attendant de pouvoir faire son devoir. Le Chevalier siffla l'animal qui va se poser tout naturellement sur son épaule meurtrie par le naufrage. Lorsque Godffroy vit la bête, une étincelle d'espoir brilla dans ses yeux : tout n'était pas perdu, ils pouvaient encore s'en sortir en vie et se couvrir de gloire au nom de la dame et du Roy.

(Godffroy) : Adrien, ton oiseau peut nous être utile. Il emportera de ma part un message à Montfort, mon frère nous enverra certainement des renforts sur un bateau. En attendant il nous suffira de nous laisser pousser vers la côte la plus proche…

(Adrien, chevalier) : Monseigneur, il va de soi que mon faucon est à votre service tout comme moi, mais je ne vois absolument pas en quoi il pourra délivrer un message alors que nous-mêmes n'avons absolument rien pour l'écrire !

(Richard, chevalier) : pardonnez-moi messeigneurs, mais il nous reste ceci !

Le Chevalier brandit alors un harpon brisé sur lequel était resté attaché le pochon de cuir explosif.

(Godffroy) : Sainte dame mais c'est vrai ! Pardieu j'oubliais que j'avais moi-même composé le premier exemplaire de cet explosif ! Richard, donne-moi le support et je fournirai l'encre !

Le Chevalier tendit respectueusement le petit pochon ficelé à son seigneur. Godffroy arrache la ficelle de cédants, et déplia le pochon de cuir laissant s'échappé le fin rouleau de chanvre qui bien vite, déversa sa poudre artisanale dans l'infini océan. Le preux sortit alors une fine date de sa ceinture. C'était la seule chose qu'il restait au chevalier : des dagues et des couteaux, en somme, de simples outils de « noble ». À l'aide de ladite dague, il se piqua le doigt et se servit de la goutte de sang sur la pointe du couteau pour écrire un très court message en prenant bien soin d'indiquer que pour les retrouver il fallait suivre l'aigle... Car lui seul grâce à sa vision perçante était à même de pouvoir un jour les retrouver. Le message ne dépassait guère quelques lignes, mais était étonnamment lisible car écrit avec une pointe fine. En effet Godffroy ne faisait pas parti de ceux qui se coupaient le doigt afin d'écrire un message grossier avec leurs pouces… Il valait mieux que ça, et pensé tout d'abord à la lisibilité du message !

Après s'être servi de la ficelle pour attacher le petit papier roulé à la patte gauche du faucon, (la patte gauche signifiant un malheur ou un grave problème) ils le relâchèrent, mettant tout espoirs encore possibles en lui...

Quatre jours passèrent, durant lesquelles Godffroy et ses chevaliers prièrent la dame. Au matin du cinquième jour, ils échouèrent enfin sur un tout petit atoll abandonné au large de l'île des sorciers. Le premier jour, ils chassèrent et firent provisions d'eau douce, puis ils sombrèrent dans un sommeil amplement mérité, à la belle étoile. Le deuxième troisième et quatrième jour, furent consacrés à l'élévation d'édifices rudimentaires servant d'abri temporaire à la petite troupe. Ce n'est qu'au bout de deux longs mois, que le grand rapace revint à l'épaule d'Adrien. Nombre des paysans avaient alors péris, et un bon quart des hommes d'armes s'étaient perdus, où avaient été dévorés par les prédateurs locaux. Pendant encore une semaine, le faucon faisait de rapides allés retours entre la péninsule et les renforts. Les courts voyages du volatile se faisaient de plus en plus fréquents et de plus en plus rapidement : signe que la flotte salvatrice n'était plus très loin. Enfin, un matin, une des sentinelles postée sur une pointe rocheuse, se mit à hurler. Les renforts étaient là ! Quelle ne fut pas la surprise de Godffroy de voir venir à lui toute une armada de navires Bretonniens lourdement armés!!!

Lui, ses chevaliers et les survivants montèrent a bord d'un des galions et remercierent chaleureusement l'envoyé du Duc de Montfort et sa prestigieuse accompagnatrice, Damoiselle Sonia d'Artenoi. S'en suivit une longue prière en vertue de la dame puis la flotte prit la direction du naufrage de l'ancienne et regrettée flotte de Godffroy...
Pendant le court voyage, celui-ci n'ometta point de rendre compte de son experience vecue avec le monstre. Il se Tourna vers les Capitaines et Commandeurs de l'armada, et les enjoignit de toujours rester en mouvement, et d'attendre que le Léviathan soit a courte portée avant de faire feu de tout bord. Il y avait a disposition des balistes incendiaires, des catapultes bombardieres et des rangs entier de canons prets a en découdre avec l'abyssale créature honnie. Alors qu'ils approchaient du lieu du précédent carnage, les mêmes signes inquiétants et révélateurs furent remarqués! En raison de son génie tactique et de ses capacités à commander une armée, Godffroy fut mis à la tête de l'état-major de l'armada. Afin de signaler ce changement de commandement, son étendard personnel fut ajouté sous celui du navire-amiral. Alors que de faibles petits courants parcouraient la surface de l'eau, tournoyant autour de l'armada d'une dizaine de vaisseaux, Godffroy ordonna immédiatement de préparer les canons de babord et de tribord sur chaque bâtiments. Il mit par écrit des ordres stricts qui furent aussitôt envoyés par le biais de tir de flèches précis sur chaque navires. Bientôt, les hommes grouillaient de part et d'autre des ponts de chacun des bateaux de l'armada. Les canons étaient prêts, les catapultes chargées,ainsi que les balistes : le tout prêt à être enflammé au moindre signal. Chaque homme était équipé d'un harpon, d'une épée courte et d'un nécessaire à torche. Tout était prêt pour enfin affronté la bête !

Cette dernière ne se fit d'ailleurs pas attendre ! Une fois de plus, elle surgit du tréfonds des océans et éventra un navire... Comme à son habitude, elle fit volte-face en un éclair et asséna un formidable coup de mâchoire à un deuxième bâtiment! Seulement voilà : cette fois-ci, elle faisait face à toute une armada de vaisseaux Bretonniens... Godffroy hurla ses ordres et en un court instant, quatre bâtiments virèrent de bord et tirèrent une puissante salve en direction du monstre. La bête mugissante et écumante de rage poussa un puissant cri tout droit sorti des enfers qui glaça le sang de plus d'un marin! Elle chargea de nouveaux et en un énorme coup de tête, broya un nouveau navire. Deux bateaux, plus petits et plus maniables, firent toutes voiles dehors vers elle et tirèrent de concert des traits acérés et enflammés de balistes et de formidable boulette catapulte couvertes d'huile brûlante et enflammée. Un nouvel éclair de rage se fit ressentir et les yeux de la tête devinrent aussi rouge que le sang craché par un démon fraîchement égorgé...

La bataille faisait rage et pour le moment, la petite armée n'avait qu'à déplorer la perte que de trois bateaux sur une bonne dizaine. Le gigantesque galion sous le commandement de Godffroy fit alors face à la bête.

Grand moment d'hésitation entre les deux duellistes. Le monstre ne bougeait pas, scrutant du regard le bateau, dégoulinante de sang et tailladée de partout. Godffroy quant à lui toisait littéralement l'engeance abyssale de haut, la provoquant et la narguant, comme pour lui dire : « ose m'attaquer, affronte ta propre mort avec honneur! »

La réponse de la monstruosité maritime ne se fit pas attendre, et c'est avec une rage et une folie sont nom qu'elle se rua à une vitesse terrifiante vers le galion. C'est à ce moment-là que Godffroy baissa le bras et mit en exécution une manoeuvre qu'il avait prévue depuis le début. À ce geste, trois marins coupèrent ensemble la corde qui retenait l'ancre tribord, et sous le poids de la chaîne et de l'impressionnante pièce d'acier, le bateau craqua, les planches du pont ondulèrent sous la pression exercée par le poids de l'énorme morceau métallique, et le bateau vira de bord par bâbord au moment précis où les canons chargés de boulets explosifs firent feu de tous les fuseaux en direction du monstre. Une formidable explosion, soulevant des centaines de tonnes d'eau et de sang, faisant jaillir l'écume et les tréfonds marin de leur lit en produisant un épouvantable bruit sourd à éventrer des montagnes, se produisit à moins d'une centaine de mètres du bateau...

D'un côté, de la fumée, des trombes d'eau retombant dans l'océan rougit par les souffrances du monstre cauchemardesque, de la brume et une odeur de poudre…
De l'autre, une armada endommagée et réduite à sept bâtiments menée par un galion dont la proue a été brutalement arrachée par le poids d'une ancre larguée au bon moment…
Trempés jusqu'aux os, fatigué, couvert d'égratignures et briser, Godffroy, accroché à la corde de maintien de la grand-voile, regardait l'horizon tumultueuse d'un air las et austère...

après plusieurs heures d'attente, la majeure partie de l'état-major, Godffroy y compris, jugea que le monstre était soit mort, soit partit. Étant donné le fait qu'il ne réapparaissait pas à la surface, et qu'aucune autre attaque avait eu lieu entre-temps : la deuxième option semblait être la meilleure. Cela dit, la remarque d'un chevalier de la quête retint toute l'attention de Godffroy. D'après le preux, le sang mélangé à l'eau, les quelques débris de chair, et la force de l'explosion tendait à croire que le monstre était bel et bien mort et qu'il avait coulé au fond des abysses. Toujours hésitant, le seigneur du Graal finit pourtant par admettre la possibilité que le monstre soit mort.

Au final, l'ordre fut donné de déployer les voiles et de faire route vers l'île des sorciers où se déroulaient de tragiques évènements encore inconnus des Bretonniens...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Empty
MessageSujet: Re: -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...-   -La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...- Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
-La traque du Léviathan, au large de l’île des sorciers...-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iles des sorciers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warhammer RPG :: Autres lieux :: Zones Maritimes-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser